Une côte d’ivoire à la merci de l’axe du mal Licorne-Onuci-FRCI d’Alassane Ouattara

ouaip.jpg

Depuis l’arrestation du Président Laurent GBAGBO, le 11 avril 2011, par le trio Licorne-Onuci-Rebelles d’Alassane Dramane Ouattara, l’on assiste quotidiennement à :

– Des traques systématiques de pro-GBAGBO : les employés de la Présidence, les Ministres du Gouvernement AKE N’GBO, les leaders LMP, les cadres de sociétés proches ou susceptibles d’être proches du Président Laurent GBAGBO : ces personnes sont, sur la base d’une liste préétablie, pourchassées jusque dans leur dernier retranchement, enlevées, battues à mort ou conduites à une destination inconnue;

– Des persécutions de fonctionnaires ou travailleurs proches de LMP par les rebelles, sur dénonciation calomnieuse de leurs collègues proches d’Alassane Dramane Ouattara : appelés à reprendre le travail, certains sont dépouillés de leurs voitures et d’autres biens, d’autres sont battus et d’autres encore arrêtés et conduits à une destination inconnue ;

– Des agressions de personnes de l’ethnie Bété, Gouro ou Dida, qui sont, à tout moment et en tous lieux (rues, barrages, domiciles…) dépouillés de leurs biens, humiliés, sauvagement battus, torturés et tués ;

– Des arrestations et enlèvements de patriotes : jeunes, femmes, enfants et vieillards sont soit arrêtés à des barrages dressés par des jeunes malinké et burkinabé, soit enlevés à leurs domiciles et conduits dans des endroits inconnus, d’où l’on sait qu’ils ne reviendront pas pour la plupart ; c’est également le cas des élèves et surtout des étudiants que l’on soupçonne d’appartenir tous à la Fédération Estudiantine et Scolaire de Côte d’Ivoire (FESCI) : les universités publiques sont fermées et les résidences universitaires, pillées et saccagées pour certaines et d’autres occupées par les rebelles d’Alassane Dramane Ouattara ;

– Des éliminations progressives d’éléments des Forces de Défense et de Sécurité : on leur demande de se rallier, pour mettre fin aux hostilités, mais une fois désarmés, certains sont conduits au peloton d’exécution dans la forêt du Banco;

– Des enlèvements de personnes sous traitement dans les hôpitaux vers des destinations inconnues ; certaines ont été grièvement ou mortellement blessées au cours des nombreux bombardements des MI 24 de la Licorne, qui n’épargnent aucune cible à la recherche d’ »armes lourdes » : l’hôpital militaire d’Abidjan (HMA), qui accueillait également des civils a été détruit en même temps que l’université d’Abobo-Adjamé;

– Des pillages de domiciles d’honnêtes citoyens : les rebelles burkinabés, maliens, guinéens et autres sénégalais et nigériens, lourdement armés, continuent, en toute quiétude, de constituer leur butin de guerre. Les colonnes de 4×4 pleinement chargées forment un long cortège à destination du Burkina et du Mali via Bouaké…

– Des bombardements de populations civiles à Yopougon, la commune la plus peuplée d’Abidjan : toujours à la recherche d’ »armes lourdes », les MI 24 de la Licorne n’ont pas épargné les populations civiles en bombardant les positions des « miliciens » etc…

En réalité, la Licorne, l’ONUCI et les rebelles d’Alassane Dramane Ouattara ne sont rien d’autre qu’une armée d’occupation. Elle quadrille tout le territoire national : les aéronefs français (notamment les MI 24 et les Puma) survolent le territoire pour repérer des positions, transporter des rebelles et, au besoin, bombarder des sites et populations civiles ; des navires de guerre français sont au large des côtes ivoiriennes. Les militaires et gendarmes français et ceux de l’ONUCI sont déployés sur tout le territoire du District d’Abidjan. Le spectacle est à voir…
– Sarkozy, le nouveau leader de la communauté internationale, dirige depuis Paris cette armée d’occupation

tous sont sous les ordres de Paris : Ban Ki Moon et l’ambassadeur de France les transmettent à l’ONUCI, à la Licorne et à Alassane Dramane Ouattara qui, à son tour, les répercutent sur ses rebelles et nouveaux administrateurs.

– Alassane Dramane Ouattara, dans ce schéma, apparaît de toute évidence comme un gouverneur de Province : la France, par son armée, a pris possession des lieux, son Président ordonne et Alassane Dramane Ouattara exécute. La France sécurise tout le territoire et Alassane Dramane Ouattara administre. C’est une forme grossière de recolonisation de la Côte d’Ivoire qui ne gène nullement ni la communauté internationale, ni Alassane Dramane Ouattara et ses partisans.
Qu’a-t-on promis à l’ex-puissance coloniale qui revient en force ? Telle est la question à poser au Président démocratiquement élu par la communauté internationale, Alassane Dramane Ouattara.
Eric Lassale
http://ivoirebusiness.net/?q=node/3663

Voir la vidéo sur l’axe du mal….ICI

côte d’ivoire, crise ivoirienne, alassane ouattara, abidjan, laurent gbagbo, ivoire, ivoiriens, actualités, afrique, politique, international, côte d’ivoire, crise ivoirienne, alassane ouattara, abidjan, laurent gbagbo, ivoire, ivoiriens, actualités, afrique, politique, international, côte d’ivoire, crise ivoirienne, alassane ouattara, abidjan, laurent gbagbo, ivoire, ivoiriens, actualités, afrique, politique, international, côte d’ivoire, crise ivoirienne, alassane ouattara, abidjan, laurent gbagbo, ivoire, ivoiriens, actualités, afrique, politique, international, côte d’ivoire, crise ivoirienne, alassane ouattara, abidjan, laurent gbagbo, ivoire, ivoiriens, actualités, afrique, politique, international, côte d’ivoire, crise ivoirienne, alassane ouattara, abidjan, laurent gbagbo, ivoire, ivoiriens, actualités, afrique, politique, international

Côte d’ivoire :Un bonbon pour Dacoury Tabley!!!

Picture

Un bonbon!!!donnez lui bonbon!!!Comme si l’homme pouvait encore, vu son état calamiteux, mettre la moindre hostie dans son gosier!!!!
Dacoury Tabley, Strauss kahn Africain, ex gouverneur de la BECEAO et proche du président Gbagbo a vécu, à n’en pas douter, les heures les plus sombres de toute son existence!!!!
Vilipendé, molesté, déshabillé et tabassé sans retenue, l’homme semble proche de la mort.
Quelle scène ahurissante que cette femme qui veut à tout prix lui faire sucer un bonbon devant les caméras pour « prouver » au monde entier que ce dernier est entre de bonnes mains et…….. »que l’on se soucie de sa santé et de son bien être » !!!!
Apparemment, Dacoury Tabley a payé sa totale allégeance au (toujours) président Laurent Gbagbo.
En effet, Alassane Ouattara lui avait à maintes fois ordonné de ne pas procéder au versement de salaire des fonctionnaires, pendant la période des fêtes de noël.
Dacoury Tabley avait choisit d’ignorer les relances successives du président désigné par la Communauté internationale et de suivre le président élu par le conseil constitutionnel de Côte d’ivoire.Une décision tout à fait pleine de bon sens au regard du droit en la matière.
Oui mais voilà, le droit en Afrique, qui s’en soucie???
La France est arrivée avec ses gros sabots et a mis à mal toutes les institutions….
Pourtant, on se souviendra du fairplay de Mr Dacoury Tabley qui, alors qu’il pouvait résister à cette tentative de déstabilisation du camp Ouattara, a décidé de donner sa lettre de démission….
Apparemment, cela n’a pas suffit à le faire pardonner et Ouattara à préféré laisser ses lycaons déverser leur fureur sur notre homme…
Cette petite vidéo qui suit prouvera aux uns et aux autres que le président auto proclamé de l’hôtel du golfe n’est pas très enclin à la miséricorde et au pardon….
Au moment ou la Côte d’ivoire a, par dessus tout besoin de repanser ses plaies, ADO se montre chaque jour un peu plus autoritaire, soit en interdisant totalement les journaux d’opposition, soit en cautionnant les meurtres des pro Gbagbo et FDS pourtant venus déposer les armes.
Cet homme peut il décemment diriger un pays dont la moitié ( voir beaucoup plus..) ne jure que par Gbagbo???
Alassane Ouattara peut il, en toute quiétude, éliminer la moitié des habitants de la Côte d’ivoire pour « enfin » accéder à son rêve le plus cher???
Il semble que les journaux occidentaux, si prompts à nous détourner de la vérité depuis le début, n’aient pas mesuré l’ampleur du nombre de morts , suite à ce conflit…
Disons plutôt qu’ils ferment les yeux et suivent la politique de leur gouvernement…
Abidjan n’a jamais aimé Alassane Ouattara
Cela n’est d’ailleurs pas un hasard si son investiture vient, pour la 3eme fois successive, d’être repoussée !!!
Une investiture qui, justement,  ne se fera plus à Abidjan mais bel et bien à Yamoussokro.
La crise ivoirienne est loin d’être finie et beaucoup se refusent à accepter cet homme mis en place par la France et les USA.
Après tout, le droit à la résistance est un droit !!!
Les FDS se regroupent et deviennent à leur tour des rebelles.
La boucle est bouclée.
Tout cela ressemble fort à un recommencement.
La rébellion de Soro et de Ouattara n’était-elle pas ( ou plutôt n’est elle pas…) elle même composée d’anciens déserteurs de l’armée ivoirienne??? ( hormis les commandos Burkinabé, mercenaires Nigérians et gros bras Sénégalais )…
Pendant 10 longues années, Alassane Ouattara a mis des bâtons dans les roues du président Ivoirien, ne pouvant se faire à sa victoire.
Laurent Gbagbo n’est pas homme à vouloir coute que coute se faire vengeance.
Il aura été emprisonné deux fois par Alassane Ouattara et pourtant, quoique les mauvaises langues en disent, il n’a jamais porté la main sur lui.
Cependant, tous les Ivoiriens ne sont pas aussi sages que leur chef, loin s’en faut!!!
Après tout, au vu de l’intolérable ingérence de la France et de son coup d’état ignoble, pourrait on vraiment le leur reprocher???
L’exemple de « feu » général IB ( chef du commando invisible) n’est il pas, en lui même, révélateur de l’état d’esprit de toute cette « clique »??
IB avait deux solutions :
Se rendre et mourir ou…..
Se battre et mourir.
la suite, on la connait…

                                                                                                                                                              Yann-Yéc’han.


Un bonbon, donnez lui un bonbon !!!


côte d’ivoire, laurent gbagbo, alassane ouattara, gbagbo, crise ivoirienne, hôtel du golfe, abidjan, actualités, afrique, politique, international, web, côte d’ivoire, laurent gbagbo, alassane ouattara, gbagbo, crise ivoirienne, hôtel du golfe, abidjan, actualités, afrique, politique, international, web, côte d’ivoire, laurent gbagbo, alassane ouattara, gbagbo, crise ivoirienne, hôtel du golfe, abidjan, actualités, afrique, politique, international, web, côte d’ivoire, laurent gbagbo, alassane ouattara, gbagbo, crise ivoirienne, hôtel du golfe, abidjan, actualités, afrique, politique, international, web côte d’ivoire, laurent gbagbo, alassane ouattara, gbagbo, crise ivoirienne, hôtel du golfe, abidjan, actualités, afrique, politique, international, web, côte d’ivoire, laurent gbagbo, alassane ouattara, gbagbo, crise ivoirienne, hôtel du golfe

Le défi d’Alassane Ouattara : éclipser Laurent Gbagbo des mémoires et se débarrasser de son très sulfureux premier ministre!!!

Les populations ivoiriennes ne savent plus à quelles autorités se fier.

Le Président Gbagbo serait à Korhogo. Une ville de l’extrême nord ivoirien dont le choix intrigue des observateurs de la scène politique ivoirienne. Car, il s’agit d’un des bastions des Forces nouvelles de Guillaume Soro. Korhogo est la zone de prédilection des redoutables chefs de guerre, des forces rebelles transformées par une ordonnance d’Alassane Ouattara en Forces républicaines d Côte d’Ivoire (FRCI).

Gbagbo est détenu à Korhogo, sans aucun mandat, sans acte d’accusation, en dehors de toute légalité. Ses avocats n’ont pas la possibilité de le rencontrer. Les contours de la présence du Président Gbagbo à Korhogo ne sont pas élucidés.

Son épouse, Simone Gbagbo, député d’Abobo, présidente du groupe FPI à l’Assemblée nationale, est aussi assignée à résidence dans le nord et retenue dans des conditions pas du tout réjouissantes. Soupçonnés de lui avoir fait subir des sévices sexuels, ces geôliers l’exposent sur internet comme un trophée de guerre.

Les arrestations arbitraires et les assassinats continuent. Deux militaires des Forces de défense et de sécurité (FDS), venus faire allégeance à Ouattara au Golf hôtel, y auraient été exécutés sans autre forme de procès. Mais, Alassane Dramane Ouattara a d’autres problèmes à gérer. Entre autres dossiers brûlants de l’heure, le Premier ministre Guillaume Soro dont le remplacement pourrait créer des problèmes au président Ouattara.

L’énigme Soro

Alassane Ouattara a peut-être commis l’erreur de promettre la primature à tour de bras. Alors que le Pdci-Rda d’Henri Konan Bédié attendait tout sagement ce qui lui revient au terme de la campagne présidentielle, M. Ouattara a maintenu Guillaume Soro qui ne serait plus prêt à perdre son poste de Premier ministre.

De sources diplomatiques, la France ferait une impressionnante pression suivie de menaces à peine voilées sur Alassane Dramane Ouattara. Afin que celui nomme un cadre de la majorité présidentielle (LMP) au poste de Premier ministre. Pour faciliter la réconciliation nationale et faire revenir la confiance au sein des populations civiles. La France exigerait que ce cadre de LMP soit « un proche du Président Laurent Gbagbo ».

soro-316-2312-434cc.jpg

Il est difficile à Alassane Ouattara de faire partir Guillaume Soro contre son gré du poste de ¨Premier ministre. Ce dernier a fait irruption en politique avec des hommes chargés de fusils d’assaut, lui-même arborant un ensemble vert treillis et chaussé de brodequins. Le premier de ses atouts reste et demeure son armée. Les Forces nouvelles toujours prêtes à lui obéir à l’image des Issiaka Ouattara alias Wattao, Touré Hervé alias Vétcho, Morou Ouattara, Fofié Kouakou et bien d’autres chefs de guerre qui ont jusqu’ici constitué l’épine dorsale des stratégies de pression de Guillaume Soro dans toutes les négociations et accords politiques.

Guillaume Soro se serait retranché avec son cabinet politique à Bouaké, son fief du nord où il peaufine sa stratégie. Laissant en base arrière à Abidjan quelques fidèles en arme dont Wattao sous chef d’Etat-major des Fafn. C’est un signal fort que le Secrétaire général des Forces nouvelles entend ainsi envoyer à quiconque voudrait le priver de son butin de guerre : la Primature.

En attendant que le couple Sarkozy-Ouattara trouve la solution à l’énigme Soro, des nouvelles boîtes de pandores se sont ouvertes, béantes les unes que les autres. Parmi elles, l’insécurité ambiante dans le District d’Abidjan et toutes les villes de Côte d’Ivoire. Tout le monde s’en inquiète, même les guerriers venus du nord.

Une bonne partie des troupes du chef d’Etat-major des armées ivoiriennes a pris la poudre d’escampette en emportant les armes de dotation et certaines de guerre. Les chefs d’unités spéciales ne sont plus visibles depuis l’arrestation de Laurent Gbagbo. C’est pareil partout dans les villes qui abritent des garnisons.

Les populations ivoiriennes ne savent plus à quels sains se vouer!!!

Les mouvements rebelles une fois arrivés à Abidjan se sont jetés dans la course aux pillages systématiques. Les populations du District d’Abidjan font face à des forces parallèles qui foisonnement à tous les coins de rue. Les combattants de M. Ouattara se sont tristement distingués par les pillages et exactions sur leur passage. Des sociétés d’Etat ont été pillées et tous les véhicules ayant l’immatriculation de l’Etat ivoirien étaient emportés.

Bien que Laurent Gbagbo ne soit plus à la tête de l’Etat ivoirien tel que l’a voulu la communauté internationale pilotée par Nicolas Sarkozy, Barack Obama, Ban Ki-Moon, Y.J Choï, l’Onu, l’Union africaine, la Cedeao et les militants du Rhdp, l’ombre de Laurent Gbagbo continue de planer sur la Côte d’Ivoire. Un coup d’Etat ne semble pas suffire pour effacer Laurent Gbagbo de l’esprit des Ivoiriens.

Lu sur : canenpechepasnicolas

Charles konan Banny pressenti pour diriger

la commission de réconciliation…

Mon site : http://criseivoirienne.weebly.com/

Côte d’ivoire, Laurent Gbagbo, Alassane Ouattara, Abidjan, Crise ivoirienne, Politique, Afrique, Actualités, Web, Laurent Gbagbo, alassane Ouattara, Abidjan, Laurent Gbagbo, Côte d’ivoire, Crise ivoirienne, Actualités, Politique, Web, Actualités, international, inbternational, Yann-yéc’han, Actualité, Web, Laurent Gbagbo, Alassane Ouattara, Guillaume Soro, Charles Konan Banny

Burkina Faso : Blaise Compaoré manoeuvre et divise l’opposition.

Compaoré et Sarkozy Nicolas, sur le perron de l'élysée
...

Qui aurait pensé que l’actuel locataire de la présidence Burkinabé serait encore là, 20 ans après son coup d’état!!!
Et pourtant, force est de constater que Blaise Compaoré tient toujours fermement les rennes!!!
Certes, il a bien dû avoir à faire avec deux ou trois remous, durant ces deux dernières décennies de pouvoir sans partage, et pourtant, il a toujours su manœuvrer habilement pour se tirer habilement de tout mauvais pas.
Depuis quelques mois, pourtant, le régime du « Blasco » a connu de terribles remous.
L’affaire Justin Zongo a été le déclencheur de la grogne généralisée qui sévit aujourd’hui au pays des hommes intègres.
Blaise Compaoré n’a pas semblé pas avoir pris conscience de la gravité des choses sur l’instant.
On peut deviner qu’avec ses 24 ans de pouvoir, ce dernier en est arrivé au point de se sentir invincible.C’est le même genre de faute qui fut fatale à nombre de dictateurs.
Après les évènements en Tunisie, en Égypte, et même, chez son ami le guide Libyen, on aurait pu se penser que le « facilitateur » de la crise ivoirienne aurait pris les devants pour parer à toutes mauvaises surprises…..
Tel ne fut pas le cas.
Blaise Compaoré ne semble avoir réellement pris conscience de la dangerosité de la situation que lors de la révolte de sa garde présidentielle.
Pour souvenir, ce dernier avait même dû se réfugier au beau milieu de la nuit dans son village de Ziniaré.
Le président Compaoré aurait il perdu ses crocs ???
Ce serait bien mal juger de l’homme que de croire à sa fin proche.
Il faut bien le reconnaitre, on peut ne pas aimer le président Compaoré, mais on doit lui accorder une chose : c’est un habile politicien et un maitre tacticien hors pair.
Régner 24 ans de suite dans ce pays, pourtant si sujet aux coups d’états dans le passé, est un véritable exploit!!!
Blaise Compaoré, en plus de tenir son armée d’une main de fer, a toujours su jouer sur un terrain : celui de la division.
C’est bien lui qui  fait et défait les partis, les alliances, et qui s’attelle à nourrir les rancœurs entre ses principaux  opposants politiques.
Malheureusement, c’est un pari plus que gagnant.
Au lieu de s’unir, ses adversaires passent plutôt leur temps à se quereller, ce qui ne manque pas de les discréditer tant sur la scène nationale que sur la scène internationale.
24 ans de pouvoir, c’est décidément beaucoup trop long.
Les Burkinabé n’en peuvent plus d’attendre même si la plupart d’entre eux n’y croit plus vraiment.Comment les en blâmer???
Samedi 30 avril, une manifestation a eu lieu afin de réclamer, entre autre, le départ du président du Faso.
Cette nouvelle manifestation intervient au lendemain de la décision des policiers mutinés de mettre fin à leur mouvement de protestation.
Environ trente-quatre partis politiques avaient appelé à une « grande mobilisation » contre le régime Compaoré.
Malgré le nombre relativement faible de manifestants, les chefs de ces partis d’opposition se sont déclarés satisfaits.

à Ouagadougou, les burkinabé défilent pour réclamer le départ de Blaise Compaoré
Les mesures prises par le chef de l’état de former un nouveau gouvernement ne semblent guère avoir contenter les Burkinabé.Le véritable fond du problème ne se trouve-t-il pas, tout simplement, dans cette longévité de pouvoir???

Mais faudrait il pour autant une deuxième révolution au Burkina Faso???
Le problème, c’est que l’on ne saurait pas si celui qui arriverait par la suite serait pire que le premier!!!
Les opposants devront mettre de côté toutes leur dissensions et manœuvrer de sorte à ce que ni le président Compaoré, ni aucun de ses barons du CDP ne se représente en 2016.
Un défi qui s’annonce de taille car le président Burkinabé ne manque guère d’atouts dans son jeu !!!
La France voit en lui le parfait allié et il y a fort à parier qu’elle ne donne le coup de pouce nécessaire et brouille les cartes une fois de plus….
L’exemple Ivoirien, encore chaud dans toutes les mémoires, nous prouve bel et bien que le peuple Africain compte pour du beurre dans toute élection.
Les Burkinabé sont ils prêts, tout autant que le peuple Ivoirien, à se battre pour mériter leur liberté???
Wait and see, l’avenir nous le dira…..

Yann-Yéc’han.

Blaise Compaoré, 24 ans de règne depuis son coup d'état
le président du Faso fait face à la plus grave crise de son règne.


Mon site : http://criseivoirienne.weebly.com/blaise compaoré, burkina faso, ouagadougou, afrique, politique, actualités, international, web, hermann yaméogo, opposition burkinabé, san finna, blaise compaoré, burkina faso, ouagadougou, afrique, politique, actualités, international, web, hermann yaméogo, opposition burkinabé, san finna, blaise compaoré, burkina faso, ouagadougou, afrique, politique, actualités, international, web, hermann yaméogo, opposition burkinabé, san finna, blaise compaoré, burkina faso, ouagadougou, afrique, politique, actualités, international, web, hermann yaméogo, opposition burkinabé, san finna, blaise compaoré, burkina faso, ouagadougou

COTE D’IVOIRE : LES SANCTIONS DE L’ONU, AU DELA DE LA MORT !!!

Feu Fésiré Tagro, Ex ministre de la justice
Tagro Désiré, ancien proched e Laurent Gbagbo et ancien ministre de la justice

Sorcellerie diplomatique…L’ONU sanctionne les morts

Côte d’Ivoire : le Conseil reconduit les sanctions et l’embargo sur les armes

28 avril 2011 – Le Conseil de sécurité de l’ONU a adopté jeudi une résolution sur la Côte d’Ivoire reconduisant pour un an les embargos sur les armes, les opérations financières et l’exportation de diamants ainsi que les sanctions visant les personnes présumées responsables de violations des droits de l’homme.

Dans cette résolution, adoptée à l’unanimité de ses quinze membres, le Conseil de sécurité a décidé de reconduire jusqu’au 30 avril 2012 « les mesures concernant les armes, les opérations financières et les voyages imposées aux paragraphes 7 à 12 de la résolution 1572 (2004), au paragraphe 5 de sa résolution 1946 (2010) et au paragraphe 12 de la résolution 1975 (2011) ».

Le Conseil a décidé ainsi que tous les Etats doivent prendre « les mesures nécessaires pour empêcher la fourniture, la vente ou le transfert directs ou indirects à destination de la Côte d’Ivoire, depuis leur territoire ou par leurs nationaux, ou au moyen d’aéronefs immatriculés sur leur territoire ou de navires battant leur pavillon, d’armes et de tout matériel connexe, notamment d’aéronefs militaires et autres matériels provenant ou non de leur territoire, ainsi que la fourniture de toute assistance, conseil ou formation se rapportant à des activités militaires ».

Le Conseil de sécurité a également décidé de renouveler les sanctions à l’encontre de personnes qui « font peser une menace sur le processus de paix et de réconciliation nationale en Côte d’Ivoire », qui « seraient reconnues responsables de violations graves des droits de l’homme et du droit international humanitaire en Côte d’Ivoire », qui « incitent publiquement à la haine et à la violence » ou violent l’embargo sur les armes.

Sont visés nominalement par les sanctions : Laurent Gbagbo, ancien Président de la Côte d’Ivoire qui fait l’objet de sanctions pour « obstruction au processus de paix et de réconciliation, rejet des résultats de l’élection présidentielle » ; Simone Gbagbo, en tant que Présidente du Groupe parlementaire du Front populaire ivoirien (FPI) ; Désiré Tagro, Secrétaire général « du soi-disant Cabinet présidentiel de M. Gbagbo » ; Pascal Affi N’Guessan, Président du Front populaire ivoirien (FPI), et Alcide Djédjé, proche conseiller de M. Gbagbo, ciblé pour sa « participation au gouvernement illégitime de M. Gbagbo, obstruction au processus de paix et de réconciliation, incitation publique à la haine et à la violence ».

Le Conseil de sécurité a prorogé l’interdiction faite à tout État d’importer des diamants bruts provenant de la Côte d’Ivoire, sanction imposée par la résolution 1643 en 2005.

Enfin, le Conseil « engage instamment tous les combattants armés illégaux à déposer les armes immédiatement et encourage l’ONUCI « à aider le gouvernement ivoirien à récupérer et entreposer ces armes ». (via)

LA FRANCE CLASSEE LOIN DERRIERE LA COTE D’IVOIRE ( de Laurent Gbagbo )AU NIVEAU DE L’IMPARTIALITE DES MEDIAS

Concernant la crise Ivoirienne, force est de constater que les médias Français, loin de redorer leurs blasons, s’enfoncent au contraire toujours plus dans leurs mauvaises habitudes.
Plus que jamais, il est IMPOSSIBLE d’écrire un article pour dénoncer l’intervention Française, ou encore, pour contester la légitimité de Alassane Ouattara, sans subir les  foudres de la  censure.
Ci-joint les liens de tous mes récents articles sur mon blog du Post (depuis l’arrestation du président Ivoirien par les forces Françaises) qui sont passés à la trappe, victimes des ciseaux impitoyables de la modération.
Je tiens à souligner que certains de ces articles n’étaient pas rédigés par mes soins et provenaient de médias Américains réputés tel que WikiLeaks ou encore, Inner city press pour ne citer qu’eux.

1)  http://www.lepost.fr/article/2011/04/16/2468302_cote-d-ivoire-les-photos-de-l-horreur-et-le-cri-d-alarme-d-amnesty-international_1_0_1.html

2)  http://www.lepost.fr/article/2011/04/20/2471746_un-criminel-de-guerre-a-l-elysee-declare-maitre-collard-sur-afrohistorama_1_0_1.html

3)  http://www.lepost.fr/article/2011/04/19/2470617_burkina-faso-la-situation-degenere-dangereusement_1_0_1.html

4)  http://www.lepost.fr/article/2011/04/15/2466832_revelations-a-l-appui-de-documents-classes-secret-defense-de-l-implication-de-la-france-dans-la-crise-ivoirienne_1_0_1.html

5)  http://www.lepost.fr/article/2011/04/12/2463681_cote-d-ivoire-meurtrissures_1_0_1.html

6)  http://www.lepost.fr/article/2011/04/18/2470183_cote-d-ivoire-le-conseil-constitutionnel-ivoirien-constate-la-vacance-du-pouvoir_1_0_1.html

Révolté, j’ai décidé d’écrire un article pour dénoncer la censure qui régnait sur le Post (et il est loin d’être le seul). Bien entendu, il  » ne leur  » a pas fallut deux petites minutes pour « jeter mon article à la poubelle »!!! Ces messieurs ne souffrent absolument aucune contestation.
Ci- joint l’article en question qui m’a valut d’être encore plus catalogué que je ne l’étais déja avant:

7) http://www.lepost.fr/article/2011/04/18/2470157_le-post-tenu-d-observer-certaines-regles-speciales-concernant-la-delicate-crise-ivoirienne_1_0_1.html

tout au long de ces 5 mois de crise Ivoirienne, défendre la légitimité du président Laurent Gbagbo sans subir la censure des médias Français ne fut guère une sinécure!!!
Le principe même de la liberté d’expression n’est il pas que chacun puisse défendre son point de vue???
Ces journalistes s’en sont pris à coeur joie pour diaboliser un camp au détriment de l’autre.
D’un côté les anges, et de l’autre, les démons!!!
Allez raconter tout cela aux victimes de Duékoué, aux jeunes patriotes tombés à Abidjan sous les balles de la force Licorne alors qu’ils avaient « les mains nues » !!!

Résultat : Le Français moyen (et pire, l’intellectuel moyen) est Archi-convaincu qu’il n’y a eu qu’un seul vainqueur lors des présidentielles Ivoiriennes : Mr Alassane Ouattara !!!
Et après cela, on ose nous vanter la liberté d’expression en France ???
Pour fixer tout un chacun, la France a  » l’honneur  » de figurer au 44eme rang, niveau liberté d’expression, loin derrière la Côte d’ivoire du temps de laurent Gbagbo!!! ( ci joint le lien  ICI).

Robert Ménard, Monsieur

Mais ou est-il donc passé ce cher Robert Ménard ??? (porte parole de reporters sans frontière)???
Ce même journaliste si enclin à beugler sur tous les toits que la liberté d’expression était inexistante sous le régime Gbagbo !!!
Comme nous l’avions prédit, les journalistes Pro Gbagbo sont aujourd’hui poursuivis, vilipendés, menacés, enlevés, sequestrés voir plus ( Ci joint le lien ICI).
On s’en serait douté, le Sieur Robert Ménard n’a plus la langue aussi bien pendue quand Alassane Ouattara, lui même,  interdit « carrément » la parution de journaux Pro-Gbagbo !!
Et à ceux qui oserait « nous » rétorquer qu’il le fait pour ne pas envenimer les choses, nous aurions tôt fait de leur signaler que la même situation n’avait pourtant pas empêché le président Laurent Gbagbo de les autoriser et ce,même au plus fort de la crise !!!
Certes, il y eu bien quelques petits heurts mais, en règle général, ces journaux étaient toujours disponibles dans les kiosques (”Nord-Sud”, “Le patriote”, “L’intelligent d’Abidjan” et “Le mandat”, pour ne citer qu’eux )…


Touches pas à mon blog !!!

Alors, posons « leur » la question, à tous ces médias : « Pourquoi est-il possible de critiquer le président Laurent Gbagbo sans être inquiété alors qu’en revanche, toutes paroles déplacées à l’encontre du « président de la communauté dite internationale » nous vaut d’être réduits au silence??
J’ai parcouru les blogs Pro-Ouattara et tous les articles virulents contre le président Gbagbo, ne respectant guère les règles de toutes chartes confondues, sont toujours bel et bien à leur place !!!

Ce n’est pourtant pas faute d’avoir écrit personnellement à la modération de mes différents blogs pour me plaindre ( le Post, Nouvelobs.com..), pour apporter encore plus de preuves sur les articles rejetés!!
Rien n’y a fait, ils n’ont jamais pris la peine de me répondre.

En conclusion, il convient donc de relever que « leur charte » n’est qu’un mot vide de sens.
Les « petits blogueurs » ne peuvent en aucun cas se permettre d’écrire un article qui irait à l’encontre de « leurs » opinions.

Mais peu importe.
Si j’arrive à informer, ne serait-ce qu’une personne, de cette manipulation de l’information par nos médias Français, ce sera déja ça de pris !!!

Yann-Yéc’han.


Seules leurs opinions comptent !!!

Mon Site : http://criseivoirienne.weebly.com/
Médias Français, Côte d’ivoire, Laurent Gbagbo, France, Nicolas Sarkozy, Robert Ménard, Liberté d’expression, alassane Ouattara, Politique, Afrique, International, Actualités, web, Médias Français, Côte d’ivoire, Laurent Gbagbo, France, Nicolas Sarkozy, Robert Ménard, Liberté d’expression, alassane Ouattara, Politique, Afrique, International, Actualités, web,Médias Français, Côte d’ivoire, Laurent Gbagbo, France, Nicolas Sarkozy, Robert Ménard, Liberté d’expression, alassane Ouattara, Politique, Afrique, International, Actualités, web, Médias Français, Côte d’ivoire, Laurent Gbagbo, France, Nicolas Sarkozy, Robert Ménard, Liberté d’expression, alassane Ouattara, Politique, Afrique, International, Actualités, web,Médias Français, Côte d’ivoire, Laurent Gbagbo, France, Nicolas Sarkozy, Robert Ménard, Liberté d’expression, alassane Ouattara, Politique, Afrique, International, Actualités, web,Médias Français, Côte d’ivoire, Laurent Gbagbo, France, Nicolas Sarkozy, Robert Ménard, Liberté d’expression, alassane Ouattara, Politique, Afrique, International, Actualités, web, Médias Français, Côte d’ivoire, Laurent Gbagbo, France, Nicolas Sarkozy, Robert Ménard, Liberté d’expression, alassane Ouattara, Politique, Afrique, International, Actualités, web, Politique, Politique, Politique, Politique, Politique, Politique, Politique, Crise Ivoirienne, Crise Ivoirienne, Crise Ivoirienne, Crise Ivoirienne, Crise Ivoirienne, Crise Ivoirienne, Crise Ivoirienne

CRISE AU BURKINA FASO : DOUBLE RESPONSABILITE DU POUVOIR BLAISE COMPAORE


Hermann Yaméogo à la maison du peuple de Ouagadougou

Meeting de l’UNDD à la maison du peuple

le  23 octobre 2010.


On peut dire sans se tromper que la grave situation dans laquelle le Burkina Faso est plongé met doublement en cause la responsabilité de l’équipe dirigeante. Pour illustrer ce fait, revenons à un proverbe de chez nous souvent cité : « Lorsque l’on trébuche et se retrouver au sol, il ne faut pas regarder le sang qui coule du nez pour chercher à comprendre ce qui s’est passé ; il faut regarder là où le pied a trébuché ».
Cette crise dans laquelle nous sommes empêtrés est due à des demandes politiques et sociales qui, bien qu’agitées comme pouvant constituer des détonateurs dans le pays, ont été négligées, insatisfaites.

Maitre Hermann Yaméogo, opposant au régime du président blaise Compaoré

Maitre Hermann Yaméogo,

Opposant au régime de Compaoré

et président de L’UNDD

Depuis plusieurs années, des partis politiques n’ont pas cessé de prévenir contre des troubles sociopolitiques si l’on ne revoyait pas la manière de gérer notre pays. Estimant qu’unis, leurs protestations et mises en garde auraient plus de force, certains de ces partis ont créé le Mouvement des refondateurs qui a, dans une lettre officielle du 12 juin 2008 adressée au chef de l’Etat, tiré la sonnette d’alarme en ces termes : « La vérité que nous vous devons enfin, en appui à notre demande, c’est que notre pays voit grandir en lui, alors que la perte de confiance des citoyens s’accuse vis-à-vis des institutions et vis-à-vis des hommes qui les animent, des instincts populaires de prédation, gratuits ou vengeurs, qui se combinent de plus en plus à des relents régionalistes. Il faut éteindre au plus tôt ces mèches quasiment mises à feu. On peut y aider par des mesures conjoncturelles de nature politique, administrative, économique, fiscale, mais il faut aller plus loin car à problème structurel, il faut des réponses structurelles. Pour y pourvoir, la demande que nous formulons et requerrons officiellement de vous, c’est le dialogue refondateur, républicain et inclusif qui aura l’avantage, si vous y consentiez, de verser pendant qu’il est encore temps, de l’eau sur ces mèches ».

Voilà qui ressemble à une prophétie, à une révélation, diront certains, et qui établit la double mise en cause du pouvoir.

Il ne peut pas en effet dire aujourd’hui qu’il n’a pas été mis en garde ; il ne peut pas non plus apporter la preuve qu’il a pris le soin de réagir préventivement ou d’apporter des réponses les plus fortes au mal déclaré.

C’est aussi le lieu de regretter des réactions souvent tardives et tout à fait décalées de nombre de médias, notamment occidentaux. Aujourd’hui, après avoir pris le train en marche, ils en sont à pronostiquer « la chute prochaine du dictateur Compaoré » alors que jusqu’à présent, ils n’avaient pas de mots assez élogieux pour qualifier le régime, se refusant d’accorder tout crédit aux mises en garde répétitives faites en interne par les opposants. Ces derniers étaient pastichés selon l’image que le pouvoir en place vendait avec application : ce sont des aigris, des incapables, des putschistes.

Ces médias, lors même qu’ils crieraient plus fort que les Refondateurs, ne peuvent pas espérer une exemption de toute responsabilité dans les évènements tragiques qui se déroulent en ce moment au Faso. Le chemin de la crédibilité pour eux passe nécessairement par un mea-culpa pour s’être fait les défenseurs d’un régime qui ne le méritait pas, pour avoir gardé le silence quand des dénonciations étaient faites par rapport à la mal-gouvernance, et qu’ils se refusaient de couvrir les manifestations de certains opposants, contribuant à la volonté de leur effacement médiatique, donc politique.

Richard SANKARA
Ouagadougou
MJ/UNDD Mouvement de la Jeunesse de l’Union nationale pour la démocratie et le développement (UNDD)

www.undd.org, parti membre du Mouvement des Refondateurs

Manifestations des étudiants, des commerçants, des magistrats,

des militaires,un ras le bol général au pays des hommes intègres.

Burkina faso, Blaise Compaoré, Ouagadougou, Koudougou, Hermann Yaméogo, UNDD, San finna, http://www.undd.org, Pays des hommes intègres, Actualités, Afrique, Web, Burkina faso, Blaise Compaoré, Ouagadougou, Koudougou, Hermann Yaméogo, UNDD, San finna, http://www.undd.org, Pays des hommes intègres, Actualités, Afrique, Web, Burkina faso, Blaise Compaoré, Ouagadougou, Koudougou, Hermann Yaméogo, UNDD, San finna, http://www.undd.org, Pays des hommes intègres, Actualités, Afrique, Web, Burkina faso, Blaise Compaoré, Ouagadougou, Koudougou, Hermann Yaméogo, UNDD, San finna, http://www.undd.org, Pays des hommes intègres, Actualités, Afrique, Web, Burkina faso, Blaise Compaoré, Ouagadougou, Koudougou, Hermann Yaméogo, UNDD, San finna, http://www.undd.org, Pays des hommes intègres, Actualités, Afrique, Web, Burkina faso, Blaise Compaoré, Ouagadougou, Koudougou, Hermann Yaméogo, UNDD, San finna, http://www.undd.org, Pays des hommes intègres, Actualités, Afrique,Web , Burkina faso, Blaise Compaoré, Ouagadougou, Koudougou, Hermann Yaméogo, UNDD, San finna, http://www.undd.org, Pays des hommes intègres, Actualités, Afrique, Web, Burkina faso, Blaise Compaoré, Ouagadougou, Koudougou, Hermann Yaméogo, UNDD, San finna, http://www.undd.org, Pays des hommes intègres, Actualités, Afrique, Web, polique, Politique, Politique, Politique, Politique, Politique, Politique, Politique