Afrique Actualités : racket, viols, assassinats, le triste visage de l’armée de côte d’ivoire

Depuis la chute du président Laurent Gbagbo, ouattara et Soro peine à donner un visage humain à leur semblant d'armée !!!

A Abidjan, on circule toujours à ses risques et périls. Il y a quelques jours, un Français empruntant l’un des principaux axes de la ville, le «VGE» (les initiales de l’ex-président Valéry Giscard d’Estaing), s’est fait braquer son pick-up par des hommes en armes. Sur le boulevard qui longe la lagune Ebrié, des hommes en tenue militaire ont récemment stoppé le 4 x 4 du patron du renseignement militaire ivoirien, au beau milieu du trafic, avant de lui dérober son véhicule et ses téléphones. Il était un peu plus de 13 heures et ce responsable sortait d’une réunion… au ministère de la Défense. Un Français, bien introduit dans les milieux économiques, raconte : «La nuit, souvent entre 2 heures et 5 heures, il arrive encore que des entrepôts soient pillés par des individus solidement armés.» Plus de deux mois après la fin de la crise en Côte-d’Ivoire, l’insécurité demeure, freinant d’autant le redémarrage économique du pays.

Réticences. Le maintien de l’ordre est toujours assuré, pour l’essentiel, par les Forces républicaines de Côte-d’Ivoire (FRCI), même si certains policiers et gendarmes sont réapparus aux principaux carrefours de la ville. Mais nombre d’entre eux hésitent encore à reprendre du service. «Craignant des représailles, beaucoup se sont débarrassés de leur uniforme ou l’ont même brûlé au moment de la chute de Gbagbo», souligne un observateur étranger. Les commissariats sont squattés par les soldats du président Ouattara ; ce qui dissuade les anciens de revenir. Pour vaincre leurs réticences, le gouvernement a décidé de payer de la main à la main les fonctionnaires. Selon une source diplomatique, 2 000 d’entre eux manquaient à l’appel sur un total de 18 000.

Le gouvernement de Guillaume Soro, qui a fait du rétablissement de la sécurité sa priorité, est confronté à un double défi : il doit non seulement convaincre les anciens «corps habillés»(forces de l’ordre) de reprendre leurs activités, mais aussi démobiliser les nouveaux venus, pour la plupart des hommes recrutés sur le tas durant la campagne éclair des forces pro-Ouattara fin mars. «Les autorités vont avoir du mal : Abidjan, c’est Las Vegas ! Il y a de l’eau, de l’électricité, des restos, des boîtes de nuit…» dit un étranger. Le pouvoir devra leur proposer des débouchés professionnels avant qu’ils consentent à déposer les armes.

Tout dépendra in fine du bon vouloir des «comzones» (commandants de zones) qui, durant des années, ont mis en coupe réglée la moitié nord du pays, avant de jeter leur dévolu sur Abidjan à la faveur de la chute de Gbagbo. «Certains cherchent à reproduire les pratiques mafieuses expérimentées durant des années dans le Nord, en taxant les transporteurs et en rackettant les entreprises et les particuliers en échange de leur protection», confie une source sécuritaire. Or, selon un diplomate, «Guillaume Soro n’a pas toute l’autorité qu’on lui prête sur ses anciens compagnons d’armes». Un autre parle de «communauté d’intérêts» : «Ils ont fait Soro, et Soro le leur a bien rendu en les laissant prospérer.» Le gouvernement a décidé de mettre en place une unité de police antiracket, et on a même vu Soro et son ministre de l’Intérieur se rendre dans certains quartiers pour y faire sauter des barrages sauvages.

Visite de courtoisie. Pour remettre de l’ordre, Alassane Ouattara s’appuie aussi sur l’ancienne puissance coloniale. Des patrouilles franco-ivoiriennes sillonnent Abidjan. Des gendarmes français n’ont pas hésité à rendre une petite visite de courtoisie à l’un des nouveaux maîtres d’Abidjan, le commandant Wattao, pour lui demander de restituer des biens pillés à l’un de leurs compatriotes. Ces dernières semaines, les militaires de la force Licorne ont multiplié les interventions de ce type.

Le conseiller militaire français nommé auprès du président Ouattara pour aider à la restructuration l’armée ivoirienne a entamé sa mission à Abidjan. Mais, relève un expert, «ce n’est pas avec un seul homme qu’on va remettre debout cette institution. Celle-ci n’a plus de chaîne de commandement, ni de hiérarchie». Son chef d’état-major reste celui du régime précédent, le général Philippe Mangou. «C’est surréaliste : même son chauffeur ne lui obéit plus», note ce même expert.

Pour lire toute l’actualité Africaine, mon site : http://criseivoirienne.weebly.com   

Lmp facebook 

 

 

 

 

 

 

Publicités

Côte d’ivoire : Alassane Ouattara n’est pas le maître de la situation !!!

La grande pagaille dans les commissariats de police d’Abidjan

Picture

 
Entre les forces pro-Ouattara et la police nationale, on ne sait plus qui fait quoi.
Deux mois après être parvenu au pouvoir, le nouveau régime soutenu par la communauté internationale, peine à mettre en place une police vraiment républicaine au service des citoyens de ce pays. Faites un tour dans les différents commissariats du district d’Abidjan, le spectacle est plus que désolant.

A la place des policiers, les vrais, nous observons la présence des dozos ou jeunes malinké qui ont pris les armes pour combattre aux côtés des rebelles venus du nord.

A Marcory, 3 commissariats sont aux mains des jeunes « coxers » et des « gnambolos » issus des syndicats de transporteurs. Des jeunes, pour la plupart originaires du nord et déscolarisés, qui ne savent pas tenir un cahier de registre à plus forte raison taper un procès verbal.

A Yopougon,  on note toutefois la présence de quelques policiers dans certains commissariats. Il s’agit des 19ème et 16ème arrondissements. Les chefs de guerre de la milice pro-Ouattara s’y font appeler abusivement « commandants » et occupent illégalement les bureaux des commissaires de police qu’ils ne tiennent pas à lâcher.

Au 19ème arrondissement, Doumbia Moussa, celui qui se fait appeler le « commandant Djouroumou » occupe le bureau du commissaire Sanogo. Dehors, les quelques policiers qui ont répondu à l’appel pour la reprise du service se regroupent toute la journée sous un manguier à se tourner les pouces. Ils sont juste sollicités quand il s’agit d’établir des pièces ou de taper des procès verbaux.

Au 16ème arrondissement de la même commune, l’ambiance est identique. Un sergent de police qui a rallié la rébellion favorable au camp Ouattara au moment chaud de la guerre, est devenu le chef de ce commissariat…(…)..

On se demande bien, dans un tel cafouillage, comment le régime de Ouattara compte rétablir la sécurité. Une interrogation qui se justifie d’autant plus que l’insécurité grandissante est le fait de sa propre milice.
 Notre Voie

Les FRCI tuent 4 personnes à Becouefin

Picture

 
Une expédition punitive des Frci à Becouefin dans le département d’Akoupé du dimanche 5 au mercredi 8 juin a fait 4 morts et plusieurs blessés graves parmi la population villageoise.
Selon des sources concordantes, tout est parti d’un jeune allogène qui, il y a deux ans, vivait dans le village où il avait pour amie une jeune fille. Les deux s’étaient séparés et lui avait disparu du village. La jeune fille s’était mariée avec un autre jeune du village avec qui elle a même eu un enfant. Le lundi 5 juin, le jeune allogène réapparaît cette fois-ci dans son nouveau statut de combattant FRCI en compagnie d’un de ses compagnons d’arme. Installé dans un maquis de la place, il fait appeler son ancienne copine. Celle-ci se rend sur les lieux. Quand elle se rend compte qu’il s’agit de son ex-ami, elle a juste eu le temps de les saluer avant de s’excuser et demander à repartir. Mais celui-ci, sous la menace de son arme l’oblige à s’asseoir. Le frère du mari de la jeune dame qui l’a vue se diriger vers le maquis va voir ce se passe. Il reconnaît le jeune homme qui, du reste est très bien connu dans le village. Il lui fait alors comprendre que la jeune fille est désormais mariée à son frère. Il n’en fallait plus pour mettre le « vaillant et respectable » combattant Frci hors de lui. S’en suit une dispute qui se prolonge hors du maquis et attire bien foule. Le combattant Frci dégaine et une balle part. Elle atteint mortellement un bébé de 5 ans appartenant à un couple Ahoussa qui vit dans le village. Les jeunes se révoltent et la bagarre éclate. Débordés les deux éléments FRCI prennent la fuite. Dans l’après-midi, deux cargos de Frci entrent dans le village. Jusqu’au mercredi 8 juin, ils exercent une violence inouïe sur les populations, notamment les jeunes du village de Bouecofin. Il a fallu l’intervention de l’onuci pour arrêter les massacres.
Boga Sivoiri

Descente musclée des Frci dans une usine à Koumassi

Des soldats fidèles au président Alassane Ouattara ont fait une descente musclée à l’usine « Adam Afrique » à la zone industrielle de Koumassi mardi aux environs de 11h, ont rapporté plusieurs témoins sur place. Environ une trentaine, et munis d’armes de guerre montées sur des véhicule pick-up, les soldats FRCI ont fait irruption à l’usine « Adam Afrique » pour selon nos sources installer à la tête de l’usine les frères Fayez Soudan et Raffik Soudan à la place de M. Marwan qui était absent ce jour là, indique nos informateurs. Selon eux, durant deux heures, le personnel a été séquestré et martyrisé. Qu’est-ce qui explique cela ? Difficile de le dire. Les agents se sont refusés à tout commentaire. Du moins publiquement.
 Notre Voie
 
Toute l’actualités africaine et les derniers scoop sur mon site…  ICI

Mise en cause dans les massacres de Duékoué. L’Onuci disqualifiée pour faire des enquêtes crédibles

L’opération des Nations unies en Côte d’Ivoire a rendu public, jeudi, à Abidjan, les résultats de ses investigations sur les tueries qui ont eu lieu au cours de la crise postélectorale dans l’ouest de la Côte d’Ivoire. Selon elle, il y a eu au total 1012 morts dans les deux  régions des 18 montagnes qui a pour capitale Man et du Moyen Cavally (capitale : Guiglo et comprenant Duékoué, Blolequin, Toulépleu). Concernant  Duékoué, l’ONUCI a dénombré 500 morts dont 341 Guérés, 100 Malinkés, 159 Burkinabé, 68 Maliens, 32 Yacoubas, 6 Guinéens, 5 Béninois, 1 Sénégalais, 11 Nigériens, 1 Ghanéen.

Les chiffres et leur répartition sociologique  font ressortir un non-dit dont l’objectif  semble être de minimiser le massacre des Guéré dont s’est rendu coupable l’armée de M. Ouattara Le comité international de la Croix rouge (Cicr) qui a sonné l’alerte a parlé de plus de 800 morts occasionnés au bas mot. En parlant de 1012 morts à la fois pour la zone de Man et la zone qui inclue Duékoué, l’ONUCI tente de discréditer les autres organisations et d’évacuer le caractère génocidaire des massacres de Duékoué qui, selon d’autres enquêtes, mettent à nu la cruauté des soldats pro-Ouattara. Même le délai de ces tueries que donne l’ONUCI participe de la même logique de diluer la cruauté.

Les enquêteurs de Choi, représentant de Ban Ki-Moon en Côte d’Ivoire, disent que les tueries ont eu lieu entre le 1er décembre et le 24 avril.  Pourtant, le Cicr est catégorique. « Le CICR ne fait pas ce genre de communiqué à la légère, il est très rare que nous donnions des chiffres. Si l’on parle d’au moins 800 victimes, c’est parce que nous étions à Duékoué le 31 mars et le 1er avril, et que ce sont nos équipes qui ont ramassé les corps, soit dans les maisons, soit à l’extérieur, pour les enterrer dans la dignité. Donc nous les avons comptés », avait précisé Steven Anderson, un porte-parole du CICR pour mettre fin à la polémique. « Nous sommes devant un cas exceptionnel et une situation particulièrement choquante », avait ajouté. M. Steven Anderson a indiqué que « s’il s’agit bien, comme c’est en train de se préciser, d’exécutions sommaires en masse commises en seulement deux jours, mardi 29 et mercredi 30 mars, on est vraiment devant un massacre de grande ampleur. Nos différentes sources sur le terrain ont dénombré à ce jour 816 morts. Mais on continue à découvrir des corps ».
Minimiser l’ampleur des massacres
En inscrivant faisant remonter le début des tueries au premier décembre, L’Onuci tente d’en diluer la charge émotionnelle. Certes, il y a eu des tueries même le jour du second tour des élections mais Amnesty international insiste sur le fait que la massacre s’est déroulé sur deux jours. Quand l’opération des Nations unies parle des circonstances et causes des tueries, elle évoque 74 décès dus aux effets collatéraux et de morts par malnutrition et noyade. Juste pour faire remarquer que tous les tués ne l’ont pas été volontairement. C’est vrai des balles perdues ont fauché des innocents partout où la guerre a été très vive. Néanmoins, ces chiffres et autres détails  donnent l’impression que l’ONUCI tente encore ici de voler au secours d’Alassane Dramane Ouattara dont les hommes sont essentiellement mis en cause. Or le nouveau Chef d’Etat se sent très mal à l’aise face à ce dossier de Duékoué qui sonne  comme un petit Rwanda.

Une pièce de tragédie
Et puis, Ouatarra-ONU,  c’est comme, dans une pièce de tragédie, le héros et l’adjuvant. Autant dire que les résultats de l’enquête menée ne peuvent pas être pris au sérieux tout simplement parce que l’ONUCI était non seulement un acteur du conflit mais un acteur allié de Ouattra. L’opération onusienne était elle-même sur le terrain des opérations aux côtés des Forces d’Alassane Ouattara. L’ONUCI était au combat sur tous les fronts face à l’armée régulière avant et pendant l’offensive dont l’aboutissement a été l’arrestation du président Laurent Gbagbo le 11 avril. L’ONUCI est entrée en scène dès l’annonce controversée des résultats de la présidentielle du 28 novembre 2010 par le président de la Commission électorale. Dès que son patron Y.J. Choi a certifié les résultats, pourtant provisoires, donnant vainqueur Alassane Dramane Ouattara et que le Conseil constitutionnel a dit le contraire, les soldats de l’ONU ont débuté leur appui logistique aux combattants d’Alassane Ouattara. C’est elle qui les convoyai, depuis les zones sous leur contrôle jusqu’à Abidjan. Le commando invisible d’Ibrahim Coulibaly qui a engagé les hostilités dans la commune d’Abobo a été activement appuyé par l’ONUCI.

Soutien actif aux forces pro-Ouattara
De plus, plusieurs témoignages font état de ce que, le 28 mars 2011, les forces pro-Ouattara ont lancé leur offensive guerrière sur l’ensemble du territoire avec le soutien actif des soldats de l’ONU et de la force Licorne. Ce sont ces deux forces qui pilonnaient d’abord les positions des forces loyales au président Gbagbo avant l’entrée en scène des ex-rebelles. Avec leurs hélicoptères, elles  survolaient les positions des militaires ivoiriens et les communiquaient aux hommes de Ouattara. Un ami se trouvait à Duékoué pendant l’attaque de la ville le 28 mars. Des témoins présents dans le camp de l’Onuci de Duékoué rapportent que les soldats Onusiens ont aidé les forces pro-Ouattara à conquérir la ville.

Organisation manipulée
Acteur du conflit et ayant montré beaucoup de partialité et de passivité, c’est à juste titre que l’ONUCI a été aussi épinglée par Amnesty international dans les tueries de Duékoué. Elle s’en défend comme  toujours, partout dans le monde où les forfaitures de l’ONU ont été révélées. Il y a quelques jours, M. Djinnit, un responsable de l’Onu à Dakar se disait surpris par les accusations d’Amnesty International. Parce que, selon lui, l’Onu avait déployé tous les moyens pour protéger les populations civiles dans l’ouest. Hier, c’est au tour de M. Choi de déclarer que l’Onuci ne peut pas protéger tout le monde parce qu’elle serait en sous-effectif.
En tout état de cause, on voit bien que les massacres de Duékoué mettent l’Onuci dans un embarras terrible. Dès lors, tous les rapports qu’ils publieront seront taxés de partisans.

Lu dans actunews

Ouattara doit être jugé pour crimes de guerre !!!

Marine Lepen à la télévision : Alassane Ouattara doit être jugé pour ses crimes en Côte d’ivoire

9768302.jpg?1337769190.jpg?141
Elle a toujours été la seule à dire la vérité sur la Côte d’ivoire!!!
Malgré ses opinions politiques, il faut bien le lui reconnaitre !!
Devant tous ces piteux partis politiques si prompts à courber l’échine devant « le maitre de guerre Sarko », marine lepen a été la seule à pointer du doigt ce coup d’état honteux fomenté par une communauté internationale sans nom.
Marine Lepen marque des points, et ce, même chez « les étrangers » !!!
Cette affaire ivoirienne risque d’être le tombeau de sarkozy et marine lepen risque fort de s’en servir pour mener sa campagne !!!
Comment ne pas s’agacer de cette investiture en grandes pompes d’un homme qui a commis tant d’horreurs depuis 2002???
Comment ne pas être écoeuré de voir trôner à la primature un individu comme guillaume Soro avec le passé qu’on lui connait????
Depuis quand un bourreau se permet il de juger autrui !!
Ce qui se passe en Côte d’ivoire n’a pas de mots.Marine lepen a décidé de jouer cartes sur table et d’annoncer sa position à la télévision.
L’on pouvait déjà deviner ce qu’elle pensait réellement de toute cette affaire, il n’empêche que là, elle semble avoir franchi le pas.
C’est bien pourquoi tous les ivoiriens, tous les Africains qui ont défendu la souveraineté de la Côte d’ivoire l’en remercie chaudement!!!
Le comité de coordination de la lutte pour la souveraineté et la dignité de la Cote Ivoire ( CANADA , USA ) en appelle même à voter massivement pour cette femme aux prochaines présidentielles!!!!
Certes, voter pour Marine Lepen n’est pas chose facile quant on s’appelle Mamadou ou encore, Mohamed.
Cependant, est-il plus censé de « donner sa voix » à un homme comme Sarkozy???
A l’heure ou l’ancien directeur du FMI, DSK, est inculpé pour viol ( ou tentative de viol..), la route se dégage pour le Nabot-Sarko.
Peut on encore imaginer ce petit homme gouverner la France pendant 5 autres longues années????
La question est plutôt celle-ci : peut on prendre « le risque » d’accorder notre confiance à une Marine Lepen????
Le choix est Cornélien et demande mûre réflexion!!!!
Mais le fait de l’envisager n’est il pas en soit une victoire pour Marine Lepen???
On peut regretter que la France manque à ce point de leaders politiques  » honnêtes » pour être confronté à pareille choix !!!!
La gauche n’a rien fait pour dénoncer le coup d’état perpétré
en terre éburnéenne et l’arrestation de son mentor, Strauss kahn, met du baume au coeur de nombre d’Africains!!Quoiqu’il en soit, la gauche ne mérite même pas de figurer au second tour !!
Elle a eu l’occasion de s’élever contre les guerres injustes en Côte d’ivoire et en Libye et pourtant, par manque de courage, elle s’est fourvoyée !!!
Strauss kahn a préféré, quant à lui, se réfugier sous « l’ombre du baobab » en acceptant la présidence du FMI des mains même de Sarkozy…..
A l’heure ou Alassane Ouattara met la main sur la Côte d’ivoire, Marine Lepen reste la seule à défendre le peuple Ivoirien envers et contre tous !!!!
Cette femme, qui n’a décidemment pas la langue dans sa poche, nous montre un autre visage de la politique Française.
Pourtant, une Lepen « reste une lepen » !!!
La pomme ne tombe jamais bien loin de l’arbre !!!
Mais peut être cette même France aurait-elle besoin de cet électrochoc????
wait & see……….
Yann-Yéc’han

Côte d’Ivoire: Le retour à grand pas de la FRANCAFRIQUE !!!

rf.jpg

L’annonce, samedi, du maintien des forces françaises en Côte d’Ivoire confirme les espoirs que place Nicolas Sarkozy dans le nouveau pouvoir. Au grand bénéfice de ses amis Bolloré et Bouygues.Soudain, des cris de soulagement ont fusé au sein de la communauté française rassemblée sur la base militaire de Port-Bouët, à Abidjan. Nicolas Sarkozy vient d’annoncer la nouvelle que tous espéraient après les semaines de violence exacerbée consécutives à la présidentielle en Côte-d’Ivoire. «Nous garderons toujours des forces militaires ici pour assurer la sécurité de nos ressortissants», a déclaré samedi le chef de l’Etat, après avoir assisté à Yamoussoukro à la cérémonie d’investiture d’Alassane Ouattara. Mais Nicolas Sarkozy de préciser aussitôt : «L’armée française n’est pas là pour assurer la stabilité de quelque gouvernement que ce soit, fût-il un gouvernement ami.»
Ambiguïtés. Des propos qui résument les tâtonnements et les ambiguïtés de la «nouvelle politique africaine» de la France prônée par le Président depuis son élection. Cette annonce contredit en effet la volonté affichée depuis plusieurs années par Paris de retirer ses troupes du bourbier ivoirien. La base militaire permanente du 43e Bima (bataillon d’infanterie de marine) a été fermée en catimini par Paris en 2008, laissant place à l’opération Licorne, censée s’achever après la tenue de la présidentielle ivoirienne. Mais pour le président français, nécessité fait loi. En annonçant le maintien d’une présence militaire à Abidjan, Sarkozy fait d’une pierre deux coups : il répond à une demande insistante de son homologue ivoirien et rassure la communauté française, mais aussi les opérateurs économiques qui espèrent bien toucher les dividendes du rôle crucial joué par Paris dans la chute de Gbagbo.
A Abidjan, tous les observateurs évoquent un «retour en force» de l’ancienne puissance coloniale dans ce qui fut son joyau en Afrique de l’Ouest. Samedi, à Yamoussoukro, Alassane Ouattara a remercié chaleureusement son homologue pour son aide, tandis que le millier d’invités l’ovationnait. Les deux hommes entretiennent des relations d’amitié depuis des années. «L’intervention de Licorne n’aurait sans doute pas été possible sans la force de ce lien», estime un conseiller du président ivoirien. Mais le pouvoir d’Alassane Ouattara reste très vulnérable. Depuis l’effondrement du régime de Gbagbo, la sécurité du pays est assumée de facto par les Forces républicaines de Côte-d’Ivoire (FRCI), composées d’anciens rebelles et de soldats de fortune. Pas très rassurant. «Quand le nouveau président se rend à l’aéroport d’Abidjan pour un déplacement à l’étranger, la force Licorne se déploie sur les principaux axes et carrefours sur son itinéraire», remarque un observateur étranger.
D’après une source diplomatique, Ouattara voudrait que Paris maintienne la force Licorne, déployée depuis 2002, le temps de stabiliser son régime. Il semble avoir été entendu, même si la France va réduire la voilure. Actuellement, environ 1 100 hommes sont présents sur le sol ivoirien. Une partie des militaires qui resteront seront chargés de former la future armée réunifiée que Ouattara appelle de ses vœux. C’est le retour de la bonne vieille coopération militaire, gelée après le bombardement d’un campement français à Bouaké, en 2004, par un avion de l’armée de Gbagbo, faisant 9 morts parmi les soldats de Licorne. Mais ce n’est pas tout : pris en charge par Paris, un colonel français vient d’être nommé conseiller militaire auprès du président Ouattara. Cela faisait des années qu’un tel poste n’avait pas été créé dans une ex-colonie en Afrique.
Ce retour à des pratiques anciennes ne manquera pas de faire bondir les détracteurs de la «Françafrique». Dans les mois qui viennent, ils scruteront à la loupe les contrats qui seront signés par le nouveau ( lire la suite…ICI )

Côte d’ivoire,crise ivoirienne,abidjan,laurent gbagbo,alassane ouattara,afrique actualités,ivoiriens,ivoire,afrique,politique, côte d’ivoire,crise ivoirienne,abidjan,laurent gbagbo,alassane ouattara,afrique actualités,ivoiriens,ivoire,afrique,politique, côte d’ivoire,crise ivoirienne,abidjan,laurent gbagbo,alassane ouattara,afrique actualités,ivoiriens,ivoire,afrique,politique, côte d’ivoire,crise ivoirienne,abidjan,laurent gbagbo,alassane ouattara,afrique actualités,ivoiriens,ivoire,afrique,politique, côte d’ivoire,crise ivoirienne,abidjan,laurent gbagbo,alassane ouattara,afrique actualités,ivoiriens,ivoire,afrique,politique, côte d’ivoire,crise ivoirienne,abidjan,laurent gbagbo,alassane ouattara,afrique actualités,ivoiriens,ivoire,afrique,politique, côte d’ivoire,crise ivoirienne,abidjan,laurent gbagbo,alassane ouattara,afrique actualités,ivoiriens,ivoire,afrique,politique, côte d’ivoire,crise ivoirienne,abidjan,laurent gbagbo,alassane ouattara,afrique actualités,ivoiriens,ivoire,afrique,politique, côte d’ivoire,crise ivoirienne,abidjan,laurent gbagbo,alassane ouattara,afrique actualités,ivoiriens,ivoire,afrique,politique

Côte d’ivoire : Alassane Ouattara, la mort dans l’âme !!!

actu_1306166878.jpeg

Un article de Christian Vabé
Lu sur Ivoire business

Posséder une armée mexicaine de gueux, les FRCI, peut être un atout considérable dans la répartition des postes ministériels. Guillaume Soro, Premier ministre, qui était

pourtant donné sur le départ vient d’en faire l’agréable expérience. Il vient en effet d’être reconduit au poste de Premier ministre et de ministre de la Défense par le Président Alassane Dramane Ouattara.
Le nouveau chef de l’Etat a aussi confirmé qu’il formerait bientôt un « gouvernement d’union » avec toutes les composantes de la classe politique, les éléments modérés du FPI de Laurent Gbagbo et de la société civile.

L’annonce a été faite dimanche 22 mai par ce dernier sur le plateau de France 24 et RFI aux micros de Vanessa Burgard et de Christophe Boisbouvier.
Guillaume Soro avait menacé de rentrer en rébellion contre Ouattara s’il était débarqué de la Primature. Le message vient d’être reçu 5/5 par Ouattara qui sort affaibli de son duel avec Soro, affectueusement appelé « Le petit gros ».
En outre, l’accord de gestion du pouvoir entre le Pdci-Rda de Konan Bédié et le Rdr d’Alassane Ouattara, qui stipulait que la Primature revenait de droit au Pdci, vient aussi de voler en éclats. La trahison de Ouattara sur le Pdci vient d’être consommée. Un affaiblissement supplémentaire pour Ouattara vis-à-vis de ses alliés qui seraient tentés de remettre en cause leur alliance.
Ouattara a annoncé, avoir pris la précaution d’informer Bédié, « car le Pdci c’est Bédié », dira-t-il. Ce que réfutent en bloc de nombreux cadres du Pdci-Rda sous couvert de l’anonymat, qui regrettent de n’avoir pas été consultés, et qui commencent à ronger leurs freins.
« Avec le président Bédié, nous considérons que Guillaume Soro fait du bon travail, que la situation est encore fragile, que nous avons besoin de lui, nous souhaitons qu’il continue et il a accepté de continuer. C’est lui qui formera le prochain gouvernement », a expliqué M. Ouattara aux journalistes français.

Pourtant entre les deux tours de la présidentielle, Alassane Ouattara avait promis que( pour lire la suite, c’est…ICI )

Côte d’ivoire : l’ordre « règne » à abidjan !!!

Alassane Ouattara, président auto proclamé de Côte d'ivoire et le président Français sarkozy

La période 2000 – 2011 de l’histoire de la Côte d’Ivoire deviendra un cas d’école édifiant pour les futurs politologues africains.

En 2000, Laurent Gbagbo arrive au pouvoir en battant le général Gueï, auteur du coup d’État qui chassa Bédié fin 1999. En 2002, une rébellion puissamment armée éclate.
Gbagbo est alors absent mais son ministre de l’Intérieur, Émile Boga Doudou, est assassiné. L’armée ivoirienne résiste à Abidjan et déloge les rebelles. Alassane Ouattara, se trouvant en danger, est exfiltré par l’armée française stationnée sur la base de Port-Bouet. Toute la partie nord du pays reste aux mains de divers chefs qui font régner leur loi par les armes, en lieu et place de l’État de droit.

En 2003, la France, par les accords de Marcoussis, essaie d’imposer la participation des rebelles au gouvernement de Côte d’ivoire à des postes clés. En vain. La France met en place l’opération Licorne dès 2002. L’ONU crée, en 2004, le contingent de l’ONUCI. En 2004, l’effort de réunification tenté par l’armée ivoirienne échoue avec l’étrange affaire de Bouaké, sur les circonstances de laquelle Michèle Alliot-Marie, alors ministre des Armées, refusera obstinément plus tard de lâcher la moindre information. C’est toutefois le prétexte pour un assaut de l’armée française, qui tire sur les manifestants à Abidjan. Par la suite, pressions et négociations amènent Laurent Gbagbo à prendre Guillaume Soro, chef de la rébellion, comme Premier ministre en 2007.

Les accords de Ouagadougou sont censés permettre l’organisation d’une élection présidentielle mais leurs dispositions ne seront jamais appliquées dans le Nord de la Côte d’Ivoire, qui reste sous le contrôle des armes des chefs de guerre.
L’élection a enfin lieu, en novembre 2010, immédiatement suivie d’un contentieux sur les conditions de son déroulement et sur les résultats. Ce contentieux est balayé par la France, l’ONU, les États-Unis, qui se lancent dans une guerre contre Laurent Gbagbo.
L’ONU compte les victimes, qui atteindront quelques centaines en quatre mois, tandis qu’un « commando invisible », commandé par Ibrahim Coulibaly, dit IB, ancien chef de la rébellion, supplanté par Soro en 2004, se retranche dans le quartier d’Abobo à Abidjan et harcèle les forces de défense fidèles à Gbagbo.Lire la suite ICI
Côte d’ivoire, Abidjan, Côte d’ivoire, Laurent Gbagbo, Alassane Ouattara, Abidjan, crise ivoirienne, Afrique, Politique, Ivoire, Ivoiriens, Hôtel du golfe, Côte d’ivoire, Laurent Gbagbo, Alassane Ouattara, Abidjan, crise ivoirienne, Afrique, Politique, Ivoire, Ivoiriens, Hôtel du golfe, Côte d’ivoire, Laurent Gbagbo, Alassane Ouattara, Abidjan, crise ivoirienne, Afrique, Politique, Ivoire, Ivoiriens, Hôtel du golfe, Côte d’ivoire, Laurent Gbagbo, Alassane Ouattara, Abidjan, crise ivoirienne, Afrique, Politique, Ivoire, Ivoiriens, Hôtel du golfe, Côte d’ivoire, Laurent Gbagbo, Alassane Ouattara, Abidjan, crise ivoirienne, Afrique, Politique, Ivoire, Ivoiriens, Hôtel du golfe, Côte d’ivoire, Laurent Gbagbo, Alassane Ouattara, Abidjan, crise ivoirienne, Afrique, Politique, Ivoire, Ivoiriens, Hôtel du golfe, Côte d’ivoire, Laurent Gbagbo, Alassane Ouattara, Abidjan, crise ivoirienne, Afrique, Politique, Ivoire, Ivoiriens, Hôtel du golfe