Actualités Burkina Faso : Hermann Yameogo sort son livre vérité  » démocratie consensuelle et pragmatisme démocratique « 

Le dernier livre et la toute dernière interview de Me Hermann Yameogo,  » DEMOCRATIE CONSENSUELLE ET PRAGMATISME DEMOCRATIQUE « , parus moins d’1 semaine avant son arrestation afin de rétablir la vérité sur le déroulement des événements entre 2014 et 2015. La toute dernière interview préambule à l’oeuvre citée ci dessus de celui qui, LE PREMIER », aura ouvert la voie à l’opposition au Burkina Faso contre le régime du président Blaise Compaoré dans ses années les plus sombres. Ce pays sortait alors de plusieurs années de dictature militaire.

Me Hermann Yameogo et son beau frère Léonce Koné sont tout deux emprisonnés à la maison correctionnelle des armées de Ouagadougou depuis près de trois mois et se voient même refuser le simple droit d’être représentés par les avocats étrangers qu’ils ont choisi pour leurs défenses. Le dossier contre eux reste désespérément vide, ce qui explique cette décision totalement incongrue prise par les autorités et vivement critiquée par l’UEMOA.

1450960362
Burkina Faso : Me Hermann Yaméogo, prisonnier politique

L’omerta, la loi du silence !!

Avec l’arrivée au pouvoir du nouvel homme fort, les médias Burkinabés, pourtant si bavards sous le régime de Blaise Compaoré, semblent avoir perdu leurs langues blablateuses.

Comment expliquer sinon que le président du parti politique l’UNDD, fils aîné du premier président Maurice Yameogo, ancien ministre d’état, ancien chef de file de l’opposition de surcroît et qui, pendant près d’un demi siècle durant, aura consacré sa vie à son pays, au combat pour l’alternance  » ET LA BONNE GOUVERNANCE », soit jeté manu militari en prison sans aucunes preuves valables et ce, sans que personne n’ose vraiment donner de la voix ??

Pour ses opinions politiques ?? Hermann aura combattu Blaise bien plus que quiconque. Le chemin vers une réelle démocratie est long et tortueux (et cela encore plus, dans nos pays d’Afrique). De manière générale, son combat aura permis à certains d’être là ou ils le sont aujourd’hui car personne ne peut s’enorgueillir de s’être levé du jour au lendemain pour claquer des doigts et appliquer sa conception de la démocratie à tout un pays !! Il a fallut tout un processus pour en arriver là !!

Pourquoi ne s’est il pas rangé avec « certains » de l’opposition avant, voir même après 2014  ??

Peut être estimait-il que le favori à une éventuelle présidentielle n’était pas apte à diriger le pays (il ne faut remplacer le purgatoire par l’enfer)…
De même, peut être s’est il rendu compte qu’en passant par une autre approche l’on pouvait éviter tant de morts et de dégâts financiers irréparables ??

Dans tous les cas, il aura été l’opposant le plus farouche du président Blaise Compaoré durant de très nombreuses années lors que certains se gorgeaient de beuveries, de champagne et de plaisirs charnels en tous genres sur le dos du pauvre contribuable Burkinabé.

Homme de conviction et bien plus intègre que bon nombre, il aura été l’un des seuls parmi tous à ne pas s’enrichir durant ce laps de temps : aucun bien enregistré à son nom durant 27 interminables années, Hermann Yameogo vit toujours dans ces deux même maisons, celle de Koudougou, léguée par son père et celle de Ouagadougou dont autant sa femme que lui n’ont fait l’acquisition en 1986.

Deux maisons d’ailleurs entièrement saccagées, pillées, vandalisées, dont celle de Koudougou (ou repose sa femme) entièrement brûlée, lors du coup d’état / insurrection de 2014.

Ni compte en banque en Suisse, ni argent caché, ni maisons aux Etats-unis (contrairement à certains), ou en France ou ailleurs !!

Comment expliquer alors le sort qui semble s’acharner contre cet homme qui a tant perdu du fait de la politique. Hermann Yaméogo aura même échappé de très peu à la mort lors de cet empoisonnement en 2011 qui aura eu raison de sa femme Marie-Claude. L’enquête est toujours en cours même s’il y a très peu de chances que la vérité ne soit connue un jour… sur terre ..

La vie est un éternel recommencement !!

Ironie de l’histoire ou clin d’œil du destin, Hermann Yameogo et son beau-frère ont été enfermés à l’endroit même ou était détenu leur père Maurice Yaméogo dans les années 60 ..

Un combat commence pour l’homme de Koudougou, un peu à l’image de celui qu’il aura mené tant d’années pour son père : celui de sa réhabilitation !!

Quoiqu’il en soit, aussi pénible que ne l’est le présent et que ne le seront peut être les 5 années à venir, le fils aîné, garant de l’héritage de son père, sait que tôt ou tard, la vérité se fera jour et que chacun sera jugé comme il le mérite, chacun sera jugé comme il a vécu.

Une libération prochaine ??

D’aucuns auraient pu penser qu’une fois les élections passées, certains prisonniers politiques seraient libérés !!

Il n’en a rien été. Bien au contraire, les hommes ont été transférés à la MACA. On peut penser qu’avant d’être élu, Roch ai commandé au président intérimaire Kafando de ne surtout pas libérer les 2 hommes car lui s’en chargerait. Il apparaîtrait ainsi aux yeux du peuple comme quelqu’un de magnanime, porté vers le pardon.

Peu importe les calculs politiciens, le fils de Maurice Yameogo en aura connu, des épreuves, au cours de sa vie. Il sait comment encaisser les chocs et ne se plaint pas. Les paroles de Rudyard Kipling  » tu seras un homme mon fils … » ,  un poème encadré que son père lui avait offert pour son 18eme anniversaire et qui trônait dans son salon durant toutes ces dernières années, l’aideront à tenir dans les moments de doute …

(Lire la toute dernière interview de Me Hermann Yameogo sur burkinapourtous, ICI

Ecrit par YYY 

#hermannyameogo  #burkinafaso

Afrique Actualités : racket, viols, assassinats, le triste visage de l’armée de côte d’ivoire

Depuis la chute du président Laurent Gbagbo, ouattara et Soro peine à donner un visage humain à leur semblant d'armée !!!

A Abidjan, on circule toujours à ses risques et périls. Il y a quelques jours, un Français empruntant l’un des principaux axes de la ville, le «VGE» (les initiales de l’ex-président Valéry Giscard d’Estaing), s’est fait braquer son pick-up par des hommes en armes. Sur le boulevard qui longe la lagune Ebrié, des hommes en tenue militaire ont récemment stoppé le 4 x 4 du patron du renseignement militaire ivoirien, au beau milieu du trafic, avant de lui dérober son véhicule et ses téléphones. Il était un peu plus de 13 heures et ce responsable sortait d’une réunion… au ministère de la Défense. Un Français, bien introduit dans les milieux économiques, raconte : «La nuit, souvent entre 2 heures et 5 heures, il arrive encore que des entrepôts soient pillés par des individus solidement armés.» Plus de deux mois après la fin de la crise en Côte-d’Ivoire, l’insécurité demeure, freinant d’autant le redémarrage économique du pays.

Réticences. Le maintien de l’ordre est toujours assuré, pour l’essentiel, par les Forces républicaines de Côte-d’Ivoire (FRCI), même si certains policiers et gendarmes sont réapparus aux principaux carrefours de la ville. Mais nombre d’entre eux hésitent encore à reprendre du service. «Craignant des représailles, beaucoup se sont débarrassés de leur uniforme ou l’ont même brûlé au moment de la chute de Gbagbo», souligne un observateur étranger. Les commissariats sont squattés par les soldats du président Ouattara ; ce qui dissuade les anciens de revenir. Pour vaincre leurs réticences, le gouvernement a décidé de payer de la main à la main les fonctionnaires. Selon une source diplomatique, 2 000 d’entre eux manquaient à l’appel sur un total de 18 000.

Le gouvernement de Guillaume Soro, qui a fait du rétablissement de la sécurité sa priorité, est confronté à un double défi : il doit non seulement convaincre les anciens «corps habillés»(forces de l’ordre) de reprendre leurs activités, mais aussi démobiliser les nouveaux venus, pour la plupart des hommes recrutés sur le tas durant la campagne éclair des forces pro-Ouattara fin mars. «Les autorités vont avoir du mal : Abidjan, c’est Las Vegas ! Il y a de l’eau, de l’électricité, des restos, des boîtes de nuit…» dit un étranger. Le pouvoir devra leur proposer des débouchés professionnels avant qu’ils consentent à déposer les armes.

Tout dépendra in fine du bon vouloir des «comzones» (commandants de zones) qui, durant des années, ont mis en coupe réglée la moitié nord du pays, avant de jeter leur dévolu sur Abidjan à la faveur de la chute de Gbagbo. «Certains cherchent à reproduire les pratiques mafieuses expérimentées durant des années dans le Nord, en taxant les transporteurs et en rackettant les entreprises et les particuliers en échange de leur protection», confie une source sécuritaire. Or, selon un diplomate, «Guillaume Soro n’a pas toute l’autorité qu’on lui prête sur ses anciens compagnons d’armes». Un autre parle de «communauté d’intérêts» : «Ils ont fait Soro, et Soro le leur a bien rendu en les laissant prospérer.» Le gouvernement a décidé de mettre en place une unité de police antiracket, et on a même vu Soro et son ministre de l’Intérieur se rendre dans certains quartiers pour y faire sauter des barrages sauvages.

Visite de courtoisie. Pour remettre de l’ordre, Alassane Ouattara s’appuie aussi sur l’ancienne puissance coloniale. Des patrouilles franco-ivoiriennes sillonnent Abidjan. Des gendarmes français n’ont pas hésité à rendre une petite visite de courtoisie à l’un des nouveaux maîtres d’Abidjan, le commandant Wattao, pour lui demander de restituer des biens pillés à l’un de leurs compatriotes. Ces dernières semaines, les militaires de la force Licorne ont multiplié les interventions de ce type.

Le conseiller militaire français nommé auprès du président Ouattara pour aider à la restructuration l’armée ivoirienne a entamé sa mission à Abidjan. Mais, relève un expert, «ce n’est pas avec un seul homme qu’on va remettre debout cette institution. Celle-ci n’a plus de chaîne de commandement, ni de hiérarchie». Son chef d’état-major reste celui du régime précédent, le général Philippe Mangou. «C’est surréaliste : même son chauffeur ne lui obéit plus», note ce même expert.

Pour lire toute l’actualité Africaine, mon site : http://criseivoirienne.weebly.com   

Lmp facebook 

 

 

 

 

 

 

Un sénateur américain dénonce les fraudes massives en Côte d’ivoire !!!

Malgré le fait que la France a organisé le coup d’Etat en Côte d’Ivoire avec l’aide des américains, il existe des politiciens honnêtes et sincères. Bien davantage aux Etats-Unis qu’en France d’ailleurs. D’ailleurs, seul un sénateur américain a eu le courage d’interpeler publiquement la Secrétaire d’Etat Clinton sur la question…

Pour le Sénateur républicain James Inhofe, pas de doute, l’ONU se trompe. Selon les éléments en sa possession,  des fraudes massives ont en effet été constatées dans le Nord de la Côte d’Ivoire lors du  second tour de l’élection.  Le sénateur demande donc au Département d’Etat américain de revoir sa position à la lueur de faits établis.

Extrait du passage relatif aux fraudes électorales :

Verbatim du Sénateur Inhofe : « J’ai reçu de nombreuses preuves convaincantes qu’il y a eu des fraudes électorales massives dans le Nord du pays sous contrôle des rebelles. Il y a eu des bulletins de votes volés…J’en ai référé deux fois au Secrétaire d’État Hillary Clinton. Par une fraude avérée, Ouattara aurait bénéficié de  94 873 voix, sur une liste électorale d’une seule des cinq régions du Nord sous son contrôle. Et si l’on multiplie ce chiffre par quatre, on est proche de la marge de voix qui lui a donné la victoire contre M. Gbagbo, c’est-à-dire 400.000.

Donc si des fraudes comparables ont eu lieu dans toutes les régions du Nord de la Côte d’Ivoire, Gbagbo est le président légitimement élu dans ces élections du 28 Novembre. Mais si cela est trop compliqué, on peut apprécier la situation autrement :

Dans ces 5 régions, j’ai attiré l’attention, dans mon courrier au Secrétaire d’État, sur le fait que Gbagbo avait obtenu des milliers de voix dans ce que nous appellerions les primaires; et néanmoins, lors du vote final, le candidat Gbagbo a obtenu Zéro voix dans certains cantons. C’est là une impossibilité statistique : vous ne pouvez pas n’obtenir aucune voix, particulièrement si vous en aviez déjà obtenu quelques milliers auparavant ! J’ai écrit au Secrétaire Clinton pour qu’elle soutienne l’établissement de nouvelles élections, mais ma demande n’a pas été traitée avec l’attention souhaitée.

Mais avec les dernières nouvelles indiquant que Ouattara a tué un millier de personnes dans la région de Duékoué (rapport en français sur les viols et les tueries), j’espère que les USA reconsidéreront leur position et appelleront à la tenue d’un nouveau scrutin. »

Traduction en français de l’intervention du Sénateur Inhofe

Toute l’actualité africaine et sans « modération », sur mon site ICI

Côte d’ivoire : Théophile kouamouo s’insurge contre la politique d’Alassane Ouattara visant à écarter les médias d’opposition

 
 » Il faudrait qu’on parle de ce qu’on connait et qu’on ne taise pas ce qu’on sait ».
Un message envoyé, l’air de rien, par Théophile Kouamouo à nombre de personnes ( et de métiers ) qui se reconnaitront….
Pour tous ceux qui, comme moi, ont tenté d’alerter l’opinion internationale sur le complot qui s’est tramé en Côte d’ivoire, le nom de cet homme ne peut vous être inconnu.
Théophile kouamouo n’a pas cessé de pointer du doigt l’ingérence Française dans son pays, le rôle de la rébellion de Guillaume Soro et du Burkina Faso ainsi que les nombreux crimes commis par les rebelles de Mr Alassane Ouattara.!
L’on peut aisément comprendre que l’homme soit exilé en France et qu’il ne saurait être question pour lui de rentrer en Côte d’ivoire de sitôt !!!
Interviewé récemment sur TV5, théophile kouamouo demeure un brin prudent quant à ses positions « pro-Gbagbo » mais…..peut on vraiment le lui reprocher????
Les médias étrangers (et notamment Français ) ont mis tant d’ardeur à diaboliser le président légitime que tout soutien envers ce dernier vous ferait passer pour un criminel assoifé de sang.
En revanche, Alassane Ouattara demeure la vertu incarnée !!!
Théophile kouamouo, sans verser dans l’excès, lance un SOS quant à la situation préoccupante qui perdure en Côte d’ivoire.
Pourtant, derrière les paroles sages de cet homme, l’on sent un homme écœuré par ce coup d’état fomenté depuis belle lurette par quelques pays peu scrupuleux au appétits Gargantuesques.Tout y est dit, tout est limpide.A tous ceux qui, naïvement, se
laissent berner par les « pseudos » médias étrangers ( et surtout
Français) sur la crise ivoirienne, sachez que la vérité se cherche avant tout.
Arrêtez de vous joindre au troupeau de moutons bêlant qui croient dur comme fer tout ce que leur raconte la télévision!!!
Yann-Yéc’han

Le blog de Théophile Kouamouo c’estICI

Mise en cause dans les massacres de Duékoué. L’Onuci disqualifiée pour faire des enquêtes crédibles

L’opération des Nations unies en Côte d’Ivoire a rendu public, jeudi, à Abidjan, les résultats de ses investigations sur les tueries qui ont eu lieu au cours de la crise postélectorale dans l’ouest de la Côte d’Ivoire. Selon elle, il y a eu au total 1012 morts dans les deux  régions des 18 montagnes qui a pour capitale Man et du Moyen Cavally (capitale : Guiglo et comprenant Duékoué, Blolequin, Toulépleu). Concernant  Duékoué, l’ONUCI a dénombré 500 morts dont 341 Guérés, 100 Malinkés, 159 Burkinabé, 68 Maliens, 32 Yacoubas, 6 Guinéens, 5 Béninois, 1 Sénégalais, 11 Nigériens, 1 Ghanéen.

Les chiffres et leur répartition sociologique  font ressortir un non-dit dont l’objectif  semble être de minimiser le massacre des Guéré dont s’est rendu coupable l’armée de M. Ouattara Le comité international de la Croix rouge (Cicr) qui a sonné l’alerte a parlé de plus de 800 morts occasionnés au bas mot. En parlant de 1012 morts à la fois pour la zone de Man et la zone qui inclue Duékoué, l’ONUCI tente de discréditer les autres organisations et d’évacuer le caractère génocidaire des massacres de Duékoué qui, selon d’autres enquêtes, mettent à nu la cruauté des soldats pro-Ouattara. Même le délai de ces tueries que donne l’ONUCI participe de la même logique de diluer la cruauté.

Les enquêteurs de Choi, représentant de Ban Ki-Moon en Côte d’Ivoire, disent que les tueries ont eu lieu entre le 1er décembre et le 24 avril.  Pourtant, le Cicr est catégorique. « Le CICR ne fait pas ce genre de communiqué à la légère, il est très rare que nous donnions des chiffres. Si l’on parle d’au moins 800 victimes, c’est parce que nous étions à Duékoué le 31 mars et le 1er avril, et que ce sont nos équipes qui ont ramassé les corps, soit dans les maisons, soit à l’extérieur, pour les enterrer dans la dignité. Donc nous les avons comptés », avait précisé Steven Anderson, un porte-parole du CICR pour mettre fin à la polémique. « Nous sommes devant un cas exceptionnel et une situation particulièrement choquante », avait ajouté. M. Steven Anderson a indiqué que « s’il s’agit bien, comme c’est en train de se préciser, d’exécutions sommaires en masse commises en seulement deux jours, mardi 29 et mercredi 30 mars, on est vraiment devant un massacre de grande ampleur. Nos différentes sources sur le terrain ont dénombré à ce jour 816 morts. Mais on continue à découvrir des corps ».
Minimiser l’ampleur des massacres
En inscrivant faisant remonter le début des tueries au premier décembre, L’Onuci tente d’en diluer la charge émotionnelle. Certes, il y a eu des tueries même le jour du second tour des élections mais Amnesty international insiste sur le fait que la massacre s’est déroulé sur deux jours. Quand l’opération des Nations unies parle des circonstances et causes des tueries, elle évoque 74 décès dus aux effets collatéraux et de morts par malnutrition et noyade. Juste pour faire remarquer que tous les tués ne l’ont pas été volontairement. C’est vrai des balles perdues ont fauché des innocents partout où la guerre a été très vive. Néanmoins, ces chiffres et autres détails  donnent l’impression que l’ONUCI tente encore ici de voler au secours d’Alassane Dramane Ouattara dont les hommes sont essentiellement mis en cause. Or le nouveau Chef d’Etat se sent très mal à l’aise face à ce dossier de Duékoué qui sonne  comme un petit Rwanda.

Une pièce de tragédie
Et puis, Ouatarra-ONU,  c’est comme, dans une pièce de tragédie, le héros et l’adjuvant. Autant dire que les résultats de l’enquête menée ne peuvent pas être pris au sérieux tout simplement parce que l’ONUCI était non seulement un acteur du conflit mais un acteur allié de Ouattra. L’opération onusienne était elle-même sur le terrain des opérations aux côtés des Forces d’Alassane Ouattara. L’ONUCI était au combat sur tous les fronts face à l’armée régulière avant et pendant l’offensive dont l’aboutissement a été l’arrestation du président Laurent Gbagbo le 11 avril. L’ONUCI est entrée en scène dès l’annonce controversée des résultats de la présidentielle du 28 novembre 2010 par le président de la Commission électorale. Dès que son patron Y.J. Choi a certifié les résultats, pourtant provisoires, donnant vainqueur Alassane Dramane Ouattara et que le Conseil constitutionnel a dit le contraire, les soldats de l’ONU ont débuté leur appui logistique aux combattants d’Alassane Ouattara. C’est elle qui les convoyai, depuis les zones sous leur contrôle jusqu’à Abidjan. Le commando invisible d’Ibrahim Coulibaly qui a engagé les hostilités dans la commune d’Abobo a été activement appuyé par l’ONUCI.

Soutien actif aux forces pro-Ouattara
De plus, plusieurs témoignages font état de ce que, le 28 mars 2011, les forces pro-Ouattara ont lancé leur offensive guerrière sur l’ensemble du territoire avec le soutien actif des soldats de l’ONU et de la force Licorne. Ce sont ces deux forces qui pilonnaient d’abord les positions des forces loyales au président Gbagbo avant l’entrée en scène des ex-rebelles. Avec leurs hélicoptères, elles  survolaient les positions des militaires ivoiriens et les communiquaient aux hommes de Ouattara. Un ami se trouvait à Duékoué pendant l’attaque de la ville le 28 mars. Des témoins présents dans le camp de l’Onuci de Duékoué rapportent que les soldats Onusiens ont aidé les forces pro-Ouattara à conquérir la ville.

Organisation manipulée
Acteur du conflit et ayant montré beaucoup de partialité et de passivité, c’est à juste titre que l’ONUCI a été aussi épinglée par Amnesty international dans les tueries de Duékoué. Elle s’en défend comme  toujours, partout dans le monde où les forfaitures de l’ONU ont été révélées. Il y a quelques jours, M. Djinnit, un responsable de l’Onu à Dakar se disait surpris par les accusations d’Amnesty International. Parce que, selon lui, l’Onu avait déployé tous les moyens pour protéger les populations civiles dans l’ouest. Hier, c’est au tour de M. Choi de déclarer que l’Onuci ne peut pas protéger tout le monde parce qu’elle serait en sous-effectif.
En tout état de cause, on voit bien que les massacres de Duékoué mettent l’Onuci dans un embarras terrible. Dès lors, tous les rapports qu’ils publieront seront taxés de partisans.

Lu dans actunews

Ouattara doit être jugé pour crimes de guerre !!!

Marine Lepen à la télévision : Alassane Ouattara doit être jugé pour ses crimes en Côte d’ivoire

9768302.jpg?1337769190.jpg?141
Elle a toujours été la seule à dire la vérité sur la Côte d’ivoire!!!
Malgré ses opinions politiques, il faut bien le lui reconnaitre !!
Devant tous ces piteux partis politiques si prompts à courber l’échine devant « le maitre de guerre Sarko », marine lepen a été la seule à pointer du doigt ce coup d’état honteux fomenté par une communauté internationale sans nom.
Marine Lepen marque des points, et ce, même chez « les étrangers » !!!
Cette affaire ivoirienne risque d’être le tombeau de sarkozy et marine lepen risque fort de s’en servir pour mener sa campagne !!!
Comment ne pas s’agacer de cette investiture en grandes pompes d’un homme qui a commis tant d’horreurs depuis 2002???
Comment ne pas être écoeuré de voir trôner à la primature un individu comme guillaume Soro avec le passé qu’on lui connait????
Depuis quand un bourreau se permet il de juger autrui !!
Ce qui se passe en Côte d’ivoire n’a pas de mots.Marine lepen a décidé de jouer cartes sur table et d’annoncer sa position à la télévision.
L’on pouvait déjà deviner ce qu’elle pensait réellement de toute cette affaire, il n’empêche que là, elle semble avoir franchi le pas.
C’est bien pourquoi tous les ivoiriens, tous les Africains qui ont défendu la souveraineté de la Côte d’ivoire l’en remercie chaudement!!!
Le comité de coordination de la lutte pour la souveraineté et la dignité de la Cote Ivoire ( CANADA , USA ) en appelle même à voter massivement pour cette femme aux prochaines présidentielles!!!!
Certes, voter pour Marine Lepen n’est pas chose facile quant on s’appelle Mamadou ou encore, Mohamed.
Cependant, est-il plus censé de « donner sa voix » à un homme comme Sarkozy???
A l’heure ou l’ancien directeur du FMI, DSK, est inculpé pour viol ( ou tentative de viol..), la route se dégage pour le Nabot-Sarko.
Peut on encore imaginer ce petit homme gouverner la France pendant 5 autres longues années????
La question est plutôt celle-ci : peut on prendre « le risque » d’accorder notre confiance à une Marine Lepen????
Le choix est Cornélien et demande mûre réflexion!!!!
Mais le fait de l’envisager n’est il pas en soit une victoire pour Marine Lepen???
On peut regretter que la France manque à ce point de leaders politiques  » honnêtes » pour être confronté à pareille choix !!!!
La gauche n’a rien fait pour dénoncer le coup d’état perpétré
en terre éburnéenne et l’arrestation de son mentor, Strauss kahn, met du baume au coeur de nombre d’Africains!!Quoiqu’il en soit, la gauche ne mérite même pas de figurer au second tour !!
Elle a eu l’occasion de s’élever contre les guerres injustes en Côte d’ivoire et en Libye et pourtant, par manque de courage, elle s’est fourvoyée !!!
Strauss kahn a préféré, quant à lui, se réfugier sous « l’ombre du baobab » en acceptant la présidence du FMI des mains même de Sarkozy…..
A l’heure ou Alassane Ouattara met la main sur la Côte d’ivoire, Marine Lepen reste la seule à défendre le peuple Ivoirien envers et contre tous !!!!
Cette femme, qui n’a décidemment pas la langue dans sa poche, nous montre un autre visage de la politique Française.
Pourtant, une Lepen « reste une lepen » !!!
La pomme ne tombe jamais bien loin de l’arbre !!!
Mais peut être cette même France aurait-elle besoin de cet électrochoc????
wait & see……….
Yann-Yéc’han

Côte d’Ivoire: Le retour à grand pas de la FRANCAFRIQUE !!!

rf.jpg

L’annonce, samedi, du maintien des forces françaises en Côte d’Ivoire confirme les espoirs que place Nicolas Sarkozy dans le nouveau pouvoir. Au grand bénéfice de ses amis Bolloré et Bouygues.Soudain, des cris de soulagement ont fusé au sein de la communauté française rassemblée sur la base militaire de Port-Bouët, à Abidjan. Nicolas Sarkozy vient d’annoncer la nouvelle que tous espéraient après les semaines de violence exacerbée consécutives à la présidentielle en Côte-d’Ivoire. «Nous garderons toujours des forces militaires ici pour assurer la sécurité de nos ressortissants», a déclaré samedi le chef de l’Etat, après avoir assisté à Yamoussoukro à la cérémonie d’investiture d’Alassane Ouattara. Mais Nicolas Sarkozy de préciser aussitôt : «L’armée française n’est pas là pour assurer la stabilité de quelque gouvernement que ce soit, fût-il un gouvernement ami.»
Ambiguïtés. Des propos qui résument les tâtonnements et les ambiguïtés de la «nouvelle politique africaine» de la France prônée par le Président depuis son élection. Cette annonce contredit en effet la volonté affichée depuis plusieurs années par Paris de retirer ses troupes du bourbier ivoirien. La base militaire permanente du 43e Bima (bataillon d’infanterie de marine) a été fermée en catimini par Paris en 2008, laissant place à l’opération Licorne, censée s’achever après la tenue de la présidentielle ivoirienne. Mais pour le président français, nécessité fait loi. En annonçant le maintien d’une présence militaire à Abidjan, Sarkozy fait d’une pierre deux coups : il répond à une demande insistante de son homologue ivoirien et rassure la communauté française, mais aussi les opérateurs économiques qui espèrent bien toucher les dividendes du rôle crucial joué par Paris dans la chute de Gbagbo.
A Abidjan, tous les observateurs évoquent un «retour en force» de l’ancienne puissance coloniale dans ce qui fut son joyau en Afrique de l’Ouest. Samedi, à Yamoussoukro, Alassane Ouattara a remercié chaleureusement son homologue pour son aide, tandis que le millier d’invités l’ovationnait. Les deux hommes entretiennent des relations d’amitié depuis des années. «L’intervention de Licorne n’aurait sans doute pas été possible sans la force de ce lien», estime un conseiller du président ivoirien. Mais le pouvoir d’Alassane Ouattara reste très vulnérable. Depuis l’effondrement du régime de Gbagbo, la sécurité du pays est assumée de facto par les Forces républicaines de Côte-d’Ivoire (FRCI), composées d’anciens rebelles et de soldats de fortune. Pas très rassurant. «Quand le nouveau président se rend à l’aéroport d’Abidjan pour un déplacement à l’étranger, la force Licorne se déploie sur les principaux axes et carrefours sur son itinéraire», remarque un observateur étranger.
D’après une source diplomatique, Ouattara voudrait que Paris maintienne la force Licorne, déployée depuis 2002, le temps de stabiliser son régime. Il semble avoir été entendu, même si la France va réduire la voilure. Actuellement, environ 1 100 hommes sont présents sur le sol ivoirien. Une partie des militaires qui resteront seront chargés de former la future armée réunifiée que Ouattara appelle de ses vœux. C’est le retour de la bonne vieille coopération militaire, gelée après le bombardement d’un campement français à Bouaké, en 2004, par un avion de l’armée de Gbagbo, faisant 9 morts parmi les soldats de Licorne. Mais ce n’est pas tout : pris en charge par Paris, un colonel français vient d’être nommé conseiller militaire auprès du président Ouattara. Cela faisait des années qu’un tel poste n’avait pas été créé dans une ex-colonie en Afrique.
Ce retour à des pratiques anciennes ne manquera pas de faire bondir les détracteurs de la «Françafrique». Dans les mois qui viennent, ils scruteront à la loupe les contrats qui seront signés par le nouveau ( lire la suite…ICI )

Côte d’ivoire,crise ivoirienne,abidjan,laurent gbagbo,alassane ouattara,afrique actualités,ivoiriens,ivoire,afrique,politique, côte d’ivoire,crise ivoirienne,abidjan,laurent gbagbo,alassane ouattara,afrique actualités,ivoiriens,ivoire,afrique,politique, côte d’ivoire,crise ivoirienne,abidjan,laurent gbagbo,alassane ouattara,afrique actualités,ivoiriens,ivoire,afrique,politique, côte d’ivoire,crise ivoirienne,abidjan,laurent gbagbo,alassane ouattara,afrique actualités,ivoiriens,ivoire,afrique,politique, côte d’ivoire,crise ivoirienne,abidjan,laurent gbagbo,alassane ouattara,afrique actualités,ivoiriens,ivoire,afrique,politique, côte d’ivoire,crise ivoirienne,abidjan,laurent gbagbo,alassane ouattara,afrique actualités,ivoiriens,ivoire,afrique,politique, côte d’ivoire,crise ivoirienne,abidjan,laurent gbagbo,alassane ouattara,afrique actualités,ivoiriens,ivoire,afrique,politique, côte d’ivoire,crise ivoirienne,abidjan,laurent gbagbo,alassane ouattara,afrique actualités,ivoiriens,ivoire,afrique,politique, côte d’ivoire,crise ivoirienne,abidjan,laurent gbagbo,alassane ouattara,afrique actualités,ivoiriens,ivoire,afrique,politique